charme commun

rosières,chemin des deux fermes,rue de tombeek,arbres remarquables,chapelle de notre-dame-de-bon-secours

Prof. Dr. Otto Wilhelm Thomé Flora von Deutschland,
Österreich und der Schweiz 1885, Gera, Germany

Les charmes constituent un genre d’arbres et d’arbustes de la famille des Bétulacées. Ce genre (Carpinus) compte une trentaine d’espèces des régions tempérées de l’hémisphère nord, d’Asie mineure et d’Europe. Une forêt constituée principalement de charmes est appelée une charmaie ou une charmeraie. Le mot charme est issu du latin carpĭnus « charme commun ».

Les charmes sont des arbres pouvant mesurer jusqu’à 25 mètres, à feuilles marcescentes, alternes, petites, simples, avec le bord du limbe finement denté. L’écorce de l’arbre est foncée et souvent grise. Elle est quelquefois marron.

Les fleurs sont regroupées en inflorescences, en forme de chatons pendants, pollinisées par le vent.

La plus grande charmeraie naturelle d’Europe est la Forêt de la Hardt qui occupe l’est de la région mulhousienne.

Le charme commun, d’origine européenne, qui supporte bien la taille est fréquemment planté comme arbre d’ornement dans les parcs et jardins, et pour constituer des allées (charmilles) et des haies (2).

SYMBOLIQUE | la loyauté, la fidélité et la droiture.


(1) MINISTÈRE DE L’INSTRUCTION PUBLIQUE, Administration des Arts, des Lettres et de l’Education populaire (Ministre Charles Moureaux), Arrêté Royal fait à Bruxelles le 2 décembre 1950
(2) Notice didactique | Wikipedia

châtaignier commun

rixensart,rue du plagniau

Prof. Dr. Otto Willem Thomé,
Flora von Deutschland, Österreich und der Schweiz, 1885

Le châtaignier ou châtaignier commun (Castanea sativa Mill.) est un arbre à feuilles caduques de la famille des fagacées. Il produit des fruits : les châtaignes. Lorsqu’il est en nombre sur un territoire délimité, il forme une châtaigneraie. Le châtaignier est un arbre majestueux à cime large bien branchue et à croissance rapide. Il peut mesurer 25 à 35 m de haut et 4 mètres de diamètre. La longévité d’un châtaignier est très grande et peut dépasser le millénaire, comme celui des Cent chevaux (1) situé sur la commune de Sant’Alfio en Sicile (sur les pentes de l’Etna). Il atteindrait un âge estimé entre 2000 et 4000 ans.

L’écorce jeune est lisse et de couleur brun verdâtre, puis devient brun foncé avec le rhytidome qui se fissure longitudinalement. Avec l’âge, le tronc a tendance à devenir creux. Ses grandes feuilles caduques vert luisantes dessus sont de forme oblongue-lancéolée aiguë, aux bords en dents de scie et pétiole court. Elles sont disposées en spirale et peuvent mesurer jusqu’à 25 cm de long sur 4 à 8 cm de large.

Cet arbre monoïque à croissance sympodiale fleurit de la mi-juin à la mi-juillet (les fleurs étant des chatons cylindriques jaune pâle). On ramasse ou récolte les châtaignes à partir du mois d’octobre.

Il est assez rustique face au froid hivernal mais il supporte mal les gelées tardives, car le débourrement des bourgeons au printemps est précoce, d’où sa rareté sous les climats à continentalité marquée. Il s’est donc surtout développé dans les climats doux et humides d’Europe de l’Ouest. Du fait de ses origines para-méditerranéennes il peut supporter des sécheresses estivales, à condition que le cumul annuel des précipitations soit élevé pour que les réserves en eau du sol soient suffisantes (2).

SYMBOLIQUE | la vérité, la vigueur, la générosité et la justice.


(1) Cent Chevaux
(2) Notice didactique | Wikipedia

 

chêne

696ae-902970479-1

Prof. Dr. Otto Wilhelm Thomé
Flora von Deutschland, Österreich und der Schweiz
1885, Gera, Germany

Le chêne pédonculé est une espèce d’arbres à feuillage caduc originaire des régions tempérées d’Europe, appartenant à la famille des Fagacées. Son fruit est porté par un long pédoncule. Ses caractères distinctifs principaux sont ses feuilles presque sessiles avec deux oreillettes à la base du limbe, et ses glands groupés.

Il a une silhouette caractéristique avec sa cime en dôme ample, un houppier irrégulier en raison des grosses branches horizontales noueuses, et un feuillage réparti en amas denses entrecoupés d’éclaircies.

Le tronc droit peut atteindre 3 m de diamètre. Il tend à être très haut et bien régulier en forêt, tandis qu’il est souvent gros et court à découvert dans les campagnes et les villages. Il se divise en grosses branches tortueuses pour former le houppier.

Les feuilles caduques sont alternes et simples, souvent groupées en bouquets.

Espèce monoïque, la floraison a lieu d’avril à mai, avant la feuillaison. Les chatons s’ouvrent en avril-mai. La fructification a lieu tous les deux ou trois ans, à partir de 60 ans. Les fruits sont des glands ovoïdes, tronqués à la base, glabres, brun clair à foncé. Ils sont souvent groupés par 3 sur un long pédoncule fin de 4 à 10 cm (1).

SYMBOLIQUE | En tout temps et en tout lieu, le Chêne est synonyme de force, de majesté et de solidité. Les termes ‘chêne’ et ‘force’ se traduisent en latin par le même mot : robur, symbolisant autant la force morale que physique.

chêne d’Amerique

Le chêne blanc ou chêne blanc d’Amérique (Quercus alba) est une espèce de chêne mesurant en général une trentaine de mètres, le plus grand connu atteint les 44 mètres de hauteur. Certains spécimen vivent plus de 500 ans. On le trouve principalement en Amérique du Nord dans un climat continental humide. Cet arbre a presque disparu du Québec à cause de sa surexploitation passée, et de la perte de son habitat. Son bois a été utilisé pour la construction maritime, et peut prendre une flexion de 90 degrés. Le bois du chêne à gros fruits, aux propriétés semblables, est utilisé aux mêmes fins.

Les chênes blancs atteignent généralement une hauteur d’environ trente mètres. C’est une essence d’arbres qui s’autopollinisent. Ils peuvent prendre jusqu’à 25 ans avant de produire des glands, les fruits du chêne. Les glands du chêne blanc viennent à maturité l’année même de leur pollinisation. Ils ont une cupule épaisse et une paroi lisse. Malgré son nom de chêne ‘blanc’, il est rare que cet arbre ait une écorce blanche et ses feuilles sont rouges à l’automne (1).

Le chêne de Flagey pinxit Gustave Courbet ( 1819-1877)

Art’borescence | Le chêne de Flagey pinxit Gustave Courbet (1819-1877)


(1) Notice didactique | Wikipedia

cyprès de sawara

Le Cyprès de Sawara est un conifère de la famille du cyprès Cupressaceae, indigène du centre du Japon. Il est de croissance lente, peut atteindre 35 m de haut avec un tronc jusqu’à 1 m de diamètre. L’écorce est de couleur rouge-brune. Ses feuilles mesurent 2-4 millimètres de long et sont de forme acidulaire. Il est utilisé au Japon pour son bois de haute qualité et est choisi pour la construction de palais, temples, tombeaux et bains. Le bois a un parfum de citron et est de couleur claire (1). 

Paysage avec Cyprès et arbres en fleurs pinxit Vincent Van Gogh (1853-1890)

Art’borescence | Paysage avec Cyprès et arbres en fleurs pinxit Vincent Van Gogh (1853-1890)


(1) Notice didactique | Wikipedia

érable sycomore

Erable sycomore planche botanique

Erable sycomore (1)
Amsterdam, Johannes Allart, 1802

L’érable sycomore (Acer pseudoplatanus L.) est une espèce d’arbres de grande taille de la famille des acéracées fréquent en Europe.
Il s’agit d’un arbre à croissance rapide les premières années, et qui rejette facilement de souche quand il est coupé. L’érable sycomore ne doit pas être confondu avec l’espèce voisine Acer platanoides, érable plane ou érable platane dont le bout des feuilles est plus acéré. On l’appelle parfois faux platane, grand érable, ou érable de montagne, plus rarement érable blanc.
Son nom commun de « sycomore » lui vient de la ressemblance supposée des feuilles avec celles du Figuier sycomore ou ‘figuier d’Égypte’. Le nom de genre Acer, donné par Linné à tous les érables, signifie ‘dur’ en latin, se rapportant aux propriétés du bois.
L’érable sycomore est un grand arbre à tige élancée, pouvant atteindre 35 m à 40 m de haut et un diamètre de 3,5 m (à 1,5 m de hauteur au-dessus du sol). Sa durée de vie peut atteindre les 500 ans.
Les feuilles, opposées, caduques, sont palmées avec cinq lobes pointus, à dents obtuses, séparées par des sinus aigus. Ces feuilles, à long pétiole, sont glabres et vert sombre à la face supérieure, vert glauque portant des poils sur les nervures la face inférieure. Il ne fleurit que vers 20 à 25 ans.
C’est une essence de lumière, préférant des sols riches et plutôt calcaires. c’est notamment un compagnon du hêtre et du sapin.
L’érable sycomore est cultivé comme arbre d’ornement. Il est notamment planté comme arbre d’alignement le long des routes, ainsi que dans les parcs. Il en existe de nombreuses variétés à feuilles décoratives, panachées ou plus ou moins profondément découpées.
SYMBOLIQUE | Le chagrin d’amour dans le théâtre shakespearien, et plus largement, dans le théâtre élisabéthain (2).

(1) KRAUSS Johan Carl, Afbeeldingen der fraaiste, meest uitheemsche boomen en heesters, 1802
(2) Wikipedia

hêtre

HÊTRE COMMUN Franz Eugen Köhler, Köhler_s medizinal-Pflanzen Fagus sylvatica Wikipedia

Franz Eugen Köhler, Köhler’s medizinal-Pflanzen, 1897

Le hêtre commun (Fagus sylvatica) est une espèce d’arbre à feuilles caduques, indigène d’Europe, appartenant à la famille des Fagaceae, tout comme le chêne et le châtaignier.

C’est un grand arbre. Sur les sols de bonne fertilité, il peut s’élever facilement jusqu’à 25 à 35 m de hauteur et la circonférence de son tronc peut couramment atteindre 1,80 m chez des hêtres centenaires. Des sujets exceptionnels ont été mesurés jusqu’à 45,5 m de hauteur.

Le hêtre commun se reconnaît à son écorce mince et lisse qui persiste ainsi tout au long de la vie de l’arbre. La surface du tronc est régulière. Elle devient légèrement rugueuse (présence de petites fissures) chez les vieux sujets.

Les feuilles alternes sont entières et simples, de forme ovale à obovale, longues de 6 à 10 cm et larges de 4 à 7 cm, brillantes et légèrement coriaces.

Le feuillage est fréquemment marcescent : des feuilles mortes restent attachées aux branches pendant une partie plus ou moins longue de l’hiver. Le phénomène affecte surtout les jeunes arbres. Chez des arbres plus développés, ce sont les parties basses et abritées qui gardent leurs feuilles, alors que les houppiers ont souvent été dégarnis dès les premiers vents d’automne (2).

hêtre pourpre

Le hêtre pourpre (Fagus sylvatica f. purpurea (Aiton) C.K.Schneid) fut découvert en plusieurs endroits, dès 1680 près de Zurich, puis en Thuringe ou dans le Tyrol. On peut trouver des semis à l’état disséminé dans les hêtraies. Il connaît un succès constant comme grand arbre d’ornement. La feuille présente une couleur pourpre à cause d’une teneur élevée en anthocyanidine qui masque la teinte verte de la chlorophylle (1).

hêtre pleureur

Le Hêtre pleureur est une forme de Hêtre (1) à port pleureur. Cette variété européenne peut également être pourpre.

Le Hêtre pleureur présente une couronne large et étalée, constituée de longs rameaux pendants qui peuvent aller jusqu’au sol. Sa vitesse de croissance est lente. Son exigence en luminosité pour un arbre adulte est demi-sciaphile. Il a des affinités avec tous les sols, même calcaires. Il résiste à la pollution (2).

SYMBOLIQUE | la confiance, la patience et la douceur, une forte vitalité empreinte cependant de raffinement, de joie et de féminité.

__________
(1) Wikipedia

houx commun

Houx commun Prof Dr Otto Wilhelm Thomé Flora von Deutschland Österreich und der Schweiz 1885 Gera Germany

Ilex aquifolium | Houx commun
Prof. Dr. Otto Wilhelm Thomé Flora von Deutschland,
Österreich und der Schweiz 1885, Gera, Germany

 

Le Houx commun est une espèce d’arbustes, de petits arbres, à feuillage persistant de la famille des Aquifoliacées, couramment cultivés pour leur aspect ornemental, notamment grâce à leurs fruits rouge vif. C’est une espèce de sous-bois assez commune en Europe jusqu’à 1 500 m d’altitude. Les rameaux couverts de drupes qui persistent tout l’hiver sont recherchés au moment des fêtes de Noël, et son feuillage persistant lui vaut d’être considéré comme une des plantes du nouvel an avec le buis, le laurier, l’if, le lierre, le genévrier, l’ajonc et le gui. Un lieu planté de houx s’appelle une houssaie ou une houssière.

Le houx commun est un arbuste à croissance très lente, à port buissonneux (ramification dense et assez irrégulière les premières années, lui donnant par la suite un port conique ou arrondi), dont la taille adulte est généralement de quatre à six mètres. Certains pieds peuvent former de véritables arbres et atteindre 20 m de haut. Le houx peut vivre jusqu’à 300 ans et au-delà. L’écorce, d’abord jaune verdâtre et lisse, devient gris jaunâtre puis noirâtre et finement crevassée avec l’âge.

Ses feuilles alternes, simples, ont un pétiole court et un limbe foncé, de forme générale ovale, au bord ondulé et épineux, parfois lisse sur les individus âgés. D’un vert brillant foncé à leur face supérieure, plus pâles sur leur face inférieure, elles sont ondulées, dentelées, avec des bords plus ou moins épineux. Certaines variétés, tel que le Houx commun ‘Aureomarginata’, ont le feuillage panaché de blanc. Ces feuilles persistent généralement trois ans (1).

Houx commun Aureomarginata photo by Spedona Wikipedia

Houx commun Aureomarginata

SYMBOLIQUE | l’insensibilité


(1) Notice didactique | Wikipedia

if commun

rosières,avenue du panorama

CHRIZZ (Christer Johansson), Commonswiki, 2005

L’If commun est une espèce de conifères de la famille des Taxaceae. Très longévif, poussant lentement, c’est un arbre qui se prête bien à la taille. Il est parfois appelé if à baies. Un peuplement d’ifs est appelé ‘ivaie’. Ces peuplements sont devenus rares. Ils sont protégés au titre d’habitat prioritaire en Europe. L’If a longtemps été un symbole de mort :

– très toxique (selon certains auteurs, il était utilisé comme poison de flèches pendant la Préhistoire)

– arbre des cimetières (depuis les Gallois, pour qui il était sacré, il assurait le lien entre les vivants et les morts).

Il n’existe plus de forêts d’Ifs en Europe alors qu’il devait y en avoir de très vastes dans l’Ouest de la France. Leur disparition s’explique par plusieurs raisons:

– les Ifs étaient souvent arrachés car très toxiques pour le bétail

– les forêts auraient été décimées pour fabriquer des arcs, aussi bien chez les Grecs que chez les Gaulois, ainsi qu’au Moyen Âge lors des guerres franco-anglaises (notamment la guerre de Cent ans)

– le bois d’if (dur et homogène) a été très utilisé en ébénisterie et en marqueterie.

L’If peut atteindre 25 mètres de haut, mais la plupart des individus sont généralement plus petits. La forme est variable avec une cime irrégulière et un tronc court et noueux d’où partent des branches à quelques centimètres du sol. Les formes en buisson sont également fréquentes. L’écorce de l’arbre va du brun à un brun rougeâtre (parfois très foncé voire pourpre). L’écorce est assez fine et se détache généralement en fines écailles. Les feuilles sont des aiguilles souples, plates de couleur vert foncé dessus et vert plus clair dessous. Elles mesurent généralement entre 20 et 35 mm. Les aiguilles sont insérées en spirale autour des pousses (1).

rosières,avenue du panoramaToutes les parties de l’arbre, sauf l’arille rouge entourant la graine, sont très toxiques voire mortelles car elles contiennent des alcaloïdes (taxine) (1).


(1) Notice didactique | Wikipedia

 

marronnier d’Inde

genval,rue du tilleul,arbres remarquabless

Aesculus hippocastanum (Marronnier d’Inde)
Prof. Dr. Otto Wilhelm Thomé, Flora von Deutschland, Österreich und der Schweiz
1885, Gera, Germany

Contrairement à ce que pourrait laisser penser son nom vernaculaire « Marronnier d’Inde », cet arbre de la famille des Hippocastanaceae est originaire du sud-est de l’Europe.

Le mot marronnier désignait autrefois tous les arbres portant des marrons (dont les châtaigniers). C’est un grand arbre d’ornement qui peut dépasser les 300 ans et mesurer jusqu’à 30 mètres. La sève, la bogue et la graine ont une odeur très particulière et un goût un peu amer. Les bourgeons pointus qui apparaissant en automne, sont protégés par une sorte de résine fortement collante. Le fruit est une capsule coriace, hérissée de pointes, qui renferme en général une seule grosse graine brune (parfois deux), lisse et luisante, toxique, appelée marron d’Inde.

genval,clos du bocage Les marrons (1), tout comme les bourgeons et les feuilles peuvent être toxiques, notamment à cause de l’esculine, une molécule aux propriétés anticoagulantes.

Le Marronnier d’Inde est surtout utilisé comme arbre d’ornement et l’un des plus abondamment plantés dans les villes et les villages d’Europe, les cours d’écoles, les parcs, les grands jardins, etc. Il était autrefois peu sensible aux parasites, même planté en alignement. Il est depuis quelques décennies victime de plusieurs pathologies qui, sans être toujours nouvelles, semblent dans certaines régions et dans les villes prendre une ampleur croissante.

La ville de Genève possède un marronnier officiel qui a pour tradition d’annoncer le printemps lors de l’éclosion de son premier bourgeon (2).


(1) Les marrons du commerce, à griller ou utilisés en confiserie, qui sont comestibles, sont des châtaignes, fruits d’une variété de châtaignier (Castanea saliva) à fruits non cloisonnés.
(2) Notice didactique | Wikipedia

orme

Orme Prof. Dr. Otto Wilhelm Thomé Flora von Deutschland, Österreich und der Schweiz 1885, Gera, Germany

Prof. Dr. Otto Wilhelm Thomé Flora
von Deutschland, Österreich und der Schweiz
1885, Gera, Germany

Les ormes sont des arbres du genre Ulmus, famille des Ulmaceae ou Ulmacées atteignant une trentaine de mètres (et rarement 40 m). L’orme est un arbre de haute futaie, et fournit un excellent bois d’œuvre, pratiquement comparable au bois de chêne. Il a pratiquement disparu d’Europe occidentale en raison de la graphiose.

L’écorce est fissurée, sauf chez les jeunes spécimens. Les feuilles sont caduques, généralement alternées, simples, doublement dentées et souvent nettement dissymétriques à la base (comme chez le micocoulier) (ce qui permet la distinction avec les charmes qui ont des feuilles semblables mais symétriques). Les fleurs sont sans pétales et en glomérules rouges apparaissant en mars sur les rameaux de l’année précédente. Le fruit ailé rouge-verdâtre aplati en forme de disque, dit « samare » ou « akène », dispersé par le vent, apparait en mars-avril avant les feuilles, groupé en boules. Il est mûr fin mai, et on peut le semer immédiatement après récolte (1).


(1) Wikipedia