l’héritage de Julia Hill

histoires remarquablesAprès avoir visionné l’intéressante série « Histoires d’arbres » diffusée par ARTE (1), je retiens particulièrement l’histoire de l’américaine Julia Hill, rebaptisée par la presse ‘Butterfly’, qui a sauvé de la déforestation un Séquoia Remarquable vieux de plus de mille ans, situé dans le parc national de Redwood en Californie.

En 1997, ce Séquoia géant, ainsi que d’autres séquoias de la même forêt, étaient menacés de destruction par la Compagnie Pacific Lumber. N’écoutant que son courage et très volontaire, Julia choisit de vivre durant 738 jours dans l’arbre qu’elle appela Luna, perchée à soixante mètres du sol, afin d’alerter le plus longtemps possible l’opinion publique. Ballotée jours et nuits sur sa plateforme par vents et tempêtes, accompagnée d’un téléphone et ravitaillée une fois par semaine, elle livra seule un vrai combat qui porta ses fruits puisque l’arbre fut sauvé ainsi que ceux qui l’entouraient sur cette colline. Interviewée après son exploit, elle affirma avec beaucoup d’émotion avoir eu difficile à revenir sur la terre ferme après avoir vécu sur ce Séquoia qui fut pour elle son meilleur ami et meilleur professeur.

Je laisse parler Julia : « Pendant la tempête, je me crispais toute entière. Le vent hurlait, je prenais la neige et la grêle en pleine figure, je ne voulais pas mourir ! (…) Je me suis recentrée sur moi-même. J’ai pensé que la branche qui reste trop rigide se casse et tombe et qu’il faut savoir affronter la tempête de la vie (…). J’ai commencé à ressentir des moments de paix et de beauté et ces moments étaient incroyables (…). Je suis montée dans l’arbre, j’avais 23 ans, quand j’en suis descendue, j’en avais 26. J’avais l’impression d’avoir beaucoup vieilli , cela m’avait tellement transformée ! Ce jour-là, je me suis effondrée, je n’avais pas touché le sol depuis plus de deux ans. Grâce à beaucoup d’amour, d’implication et de courage, mon équipe et moi avions réussi ! »

Quand elle vivait dans Luna, Julia s’est rendu compte que ses contemporains, – c’est-à-dire nous, devaient décider de l’héritage qu’ils laisseraient aux générations futures. Elle espère ainsi qu’elle aura, à sa façon, rendu le monde un peu meilleur.

Berna de Wilde d’Estmael

__________
(1) ARTE télévision, Histoires d’arbres, décembre 2017
(2) Photo par Thomas DeSoto | Couverture du livre « The Legacy of Luna »

la vie secrète des arbres, conte naturaliste ?

histoires remarquables,la vie secrète des arbresTraduit en 32 langues, le livre ‘La vie secrète des arbres’ de Peter Wohlleben fait actuellement un tabac en librairie. ARBORESCENCE ne pouvait manquer de vous présenter ce conte naturaliste, qui invite le lecteur à une promenade inédite en forêt et à partager le bonheur que les arbres peuvent nous donner.

Qui est l’auteur ? Peter Wohlleben a passé plus de vingt ans comme forestier en Allemagne. Il dirige maintenant une forêt écologique. Dans son livre, ce prodigieux conteur nous apprend comment s’organise la société des arbres et multiplie les anecdotes fascinantes pour nous faire partager sa passion des arbres. Pour l’auteur, les forêts ressemblent à des communautés humaines. Les ‘parents arbres’ vivent avec leurs ‘enfants arbres’ et les aident à grandir. Les arbres répondent avec ingéniosité aux dangers. Leur système radiculaire, semblable à un réseau internet végétal, leur permet de partager des nutriments avec les arbres malades mais aussi de communiquer entre eux. Et leurs racines peuvent perdurer plus de dix mille ans ….  (1).

Pas à pas, comme un semeur de graines, Peter Wohlleben nous révèle le langage des arbres, capables de communiquer entre eux par les odeurs et par les signaux électriques qu’ils émettent, mais aussi par un étonnant réseau racinaire comparable à un ‘Wood Wide Web’, toile souterraine où s’échangent des informations sur les insectes environnants ou la sécheresse du sol. On y apprend comment les populations sylvestres mettent en place des stratégies collectives de défense contre leurs agresseurs, à l’image des acacias de la savane africaine dont les feuilles se gorgent de substances toxiques pour éloigner les girafes qui les broutent, en même temps que la libération d’un gaz avertisseur alerte leurs congénères du danger (2).

Mais …. devons-nous pour autant prendre tout ce qui est écrit dans ce livre pour argent comptant ? La vérité est certainement plus nuancée. C’est ce que pense l’Académie d’Agriculture de France : L’auteur, forestier allemand, fait preuve de beaucoup de passion et d’un sens développé de la pédagogie. Il prend appui sur des observations qu’il a réalisées sur le terrain, souvent dans son ancien district forestier de l’Eifel (Rhénanie du nord – Westphalie), pour soulever de multiples questions pertinentes sur la vie des arbres au sein des forêts. Si son livre a toute sa valeur comme expression de la subjectivité militante d’une personne, il ne peut pas être considéré comme un ouvrage de vulgarisation scientifique (3). En effet, selon l’Académie d’Agriculture de France, nombre de réponses qu’il apporte prêtent malheureusement le flanc à la critique : sources absentes ou non vérifiables, extrapolations non justifiées, interprétations abusives et même erreurs manifestes.

Ainsi, devant le succès du livre, plus de 4 500 signatures de 24 pays ont été recueillies pour une pétition en ligne qui rappelle les médias à accorder plus d’attention à l’examen critique de son contenu professionnel. L’Académie d’agriculture de France invite aussi les lecteurs de ‘La vie secrète des arbres’ à exercer pleinement leur esprit critique face au contenu de cet ouvrage. En total accord avec la position prise par de nombreux universitaires allemands, elle appelle les médias français à le soumettre à un large débat contradictoire donnant toute sa place à la communauté scientifique.

L’Académie d’agriculture de France souligne enfin qu’il existe de nombreuses sources d’information de qualité sur les arbres et les forêts. Elle a elle-même entrepris la publication d’un ouvrage collectif en ligne destiné au grand public et fondé sur la littérature scientifique, intitulé ‘La forêt et le bois en France en 100 questions’, dont elle encourage la consultation (3).

Que penser ? Devant l’enthousiasme des médias et des lecteurs, nous devons exercer pleinement l’exercice critique et espérer qu’un large débat contradictoire donnera toute sa place à la communauté scientifique. En attendant, ‘La vie secrète des arbres’ a le mérite de nous inviter à aimer la forêt et ses arbres, les comprendre et les respecter !

Berna de WILDE d’ESTMAEL

__________
(1) SENS CRITIQUE, La vie secrète des arbres de Peter Wohlleben, mars 2017
(2) LE HIR Pierre, La Vie secrète des arbres, best-seller et leçon de bonheur, in Le Monde du 29 mai 2017
(3) ACADÉMIE D’AGRICULTURE DE FRANCE, L’Académie se prononce sur le livre ‘La vie secrète des arbres’, 12 septembre 2017

Des arbres très entourés

Avenue de Montalembert palissade 7.2019 © Berna de Wilde d'Estmael1

Chantier de l’avenue de Montalembert n° 5 à Rixensart
Protection du patrimoine arboré
juillet 2019 © Berna de Wilde d’Estmael

Au 5 de l’avenue de Montalembert, le chantier de construction d’une nouvelle villa a débuté (voir Arborescence > Platane commun | avenue de Montalembert et Rétro Rixensart >  L’Héritage perdu).

L’entrepreneur a mis en place un dispositif afin d’éviter tout dégât éventuel qui pourrait être engendré lors de travaux réalisés à proximité du patrimoine arboré de la propriété. La palissade entourant ces arbres sert à éviter les frottements et les impacts et diminue donc les risques d’altérer le développement et la silhouette de ces arbres. Qui plus est, cette mesure sensibilise le personnel de chantier.

Les arbres fruitiers, arbres de vie

A l’instar de l’Hanami, la coutume japonaise d’apprécier au début du printemps  la beauté des Cerisiers en fleurs, la communauté juive fête le Tou Bichvat, que l’on appelle aussi le ‘Nouvel An des Arbres’. Cette année, le renouveau de la nature est célébré le 20 janvier et marque en Israël la fin de l’hiver (1).

En Wallonie, les arbres fruitiers sont également considérés comme Arbres remarquables aux conditions cumulatives suivantes (2) : 

a) ils sont menés en haute-tige

b) ils appartiennent à une des variétés visée par l’arrêté du 8 septembre 2016 relatif à l’octroi de subventions pour la plantation d’une haie vive, d’un taillis linéaire, d’un verger et d’alignement d’arbres ainsi que pour l’entretien des arbres têtards (3)

c) ils font partie d’un verger comptant un minimum de quinze arbres fruitiers

d) leur tronc mesuré à cent cinquante centimètres du sol présente une circonférence de minimum cent centimètres.

A Rixensart, le Verger du sentier du Plagniau est un lieu qui se rapproche très fort de ces critères. ARBORESCENCE éditera prochainement une notice dédiée à ce verger exceptionnel dans le paysage rixensartois.

verger du plagniau sentier du plagniau rixensart 1.2019 © eric de séjournet

Verger du sentier du Plagniau à Rixensart
janvier 2019 © Eric de Séjournet


→ OBJECTIF RIXENSART | Verger du sentier du Plagniau


(1) Tou Bichvat, in Wikipedia
(2) Code de Développement Territorial (CoDT) Art IV, 4-7
(3) Arrêté ministériel exécutant l’arrêté du Gouvernement wallon du 8 septembre 2016 relatif à l’octroi de subventions pour la plantation d’une haie vive, d’un taillis linéaire, d’un verger et d’alignement d’arbres ainsi que pour l’entretien des arbres têtards.

qu’est-ce qu’un arbre ?

Un arbre, c’est …

 

 un végétal vivace, ligneux, rameux, atteignant au moins 7 m de hauteur et ne portant de branches durables qu’à une certaine distance du sol (Larousse)

 un végétal ligneux, de taille variable, dont le tronc se garnit de branches à partir d’une certaine hauteur (Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales)

 une plante ligneuse terrestre comportant un tronc sur lequel s’insèrent des branches ramifiées portant le feuillage dont l’ensemble forme le houppier, appelé aussi couronne (Wikipedia)

 une espèce végétale capable dans de bonnes conditions de croissance de pousser au moins à 5 m de hauteur (pour les pays en développement) ou 7 m (pour les pays développés) à l’état adulte, ce qui le distingue de l’arbuste dont la hauteur à maturité est comprise entre 0,5 et 5 ou 7 m, et qui n’a pas de couronne définie (Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture)(1).

En fait, il n’existe pas de définition universelle de l’arbre. Botanistes, arboriculteurs et forestiers continuent encore de débattre à ce sujet …

__________

(1) Ainsi, la FAO inclut-elle dans les arbres les espèces non ligneuses : bambous, palmiers.

protéger notre patrimoine arboré

Recommandations pour éviter les dégâts aux arbres (1)

 Prévoir un périmètre de protection de l’arbre. Clôture ou grillage à l’aplomb de la couronne.


 Eviter toute coupe ou élagage drastique. Si des branches sont jugées gênantes ou dangereuses, une taille préventive sera effectuée par des spécialistes.

 Préserver l’arbre des poussières, des fumées et fortes températures provoquées par les feux, ainsi que des gaz émanant de produits toxiques volatils.

 Ne jamais exposer brutalement l’arbre au vent et au soleil en modifiant subitement son environnement.

 Eviter toute pollution du sol par des matériaux ou produits nocifs. A entreposer hors des périmètres sensibles.

 Interdire toute circulation au pied des arbres. Dans les cas extrêmes, placer un dispositif permettant de répartir les charges.

 Ne pas modifier la structure et la nature du sol sans l’avis d’un spécialiste.

 Eviter les coups sur le tronc et l’arrachage des branches que pourraient provoquer les bras et pelles d’engins mécaniques

 Ne pas modifier le relief du sol (remblai ou déblai) sous la couronne de l’arbre.

 Proscrire tout dépôt de matériaux, même provisoire, sur le périmètre des racines.


 Interdire la coupe des racines et privilégier le forage dirigé plutôt que fouilles et tranchées.


 Ne pas modifier les conditions hydriques du sol. Dans les cas extrêmes, compenser par des arrosages fréquents.


__________

(1) WALLONIE, Préserver les arbres (dépliant de la Direction Générale de l’Aménagement du territoire et de la Direction générale des Ressources naturelles et de l’Environnement)

critères de reconnaissance

Depuis le 1er juin 2017, les communes et le Département de la Nature et des Forêts (DNF), sont confrontés à une modification majeure de la législation wallonne, opérée par l’application du Code de Développement Territorial (CoDT) en remplacement du Code wallon de l’aménagement du territoire, de l’urbanisme et du patrimoine (CWATUP)(1).

Suivant le nouveau Code de Développement Territorial (CoDT) Art IV, 4-7, mis en application au 1er juin 2017, sont considérés comme Arbres Remarquables ceux répertoriés sur la liste des Arbres Remarquables arrêtée par le Gouvernement (c’est la liste sur laquelle ARBORESCENCE s’appuie pour illustrer et éditer les AR, répertoriés à Rixensart, Genval et Rosières). Cette liste était basée sur les critères suivants :

les arbres en raison de leur valeur esthétique ou paysagère, à savoir les arbres isolés à haute tige ou les arbustes, d’au moins trente ans, dans les espaces ouverts, et les arbres corniers ou de limites

 les arbres qui ont fait l’objet d’une étude ou d’un écrit, et dont mention est faite par avis publié au Moniteur belge

 les arbres répertoriés dans l’ouvrage de Jean Chalon, intitulé « 1134 Arbres Remarquables de la Belgique » (Namur, 1902), et dont mention est faite par avis publié au Moniteur belge

 les arbres répertoriés dans l’ouvrage de l’administration des eaux et forêts, intitulé « Arbres Remarquables de la Belgique » (Bruxelles, 1978), et dont mention est faite par avis publié au Moniteur belge

 les arbres classés ou faisant l’objet d’une procédure de classement, conformément à la loi du 7 août 1931 sur la conservation des monuments et des sites, modifiée par le décret du 28 juin 1976 du conseil de la Communauté française

 les arbres répertoriés, individuellement ou en groupe, sur des listes établies annuellement par communes à l’initiative des fonctionnaires délégués (2).

Le CoDT étend la protection des Arbres Remarquables aux arbres à haute tige dont le tronc mesuré à 150 cm du sol présente une circonférence de minimum 150 cm, pour autant qu’ils soient visibles entièrement depuis un point de l’espace public. Les groupes d’arbres comportant au moins un arbre conforme à ce qui précède sont également considérés comme remarquables.

Les Arbres Remarquables de Wallonie sont cartographiés (voir colonne de gauche ‘SOURCES’) (3).


(1) Code wallon de l’aménagement du territoire, de l’urbanisme et du patrimoine (CWATUP), Des arbres et des haies remarquables, Art. 266 à 270, version du 29 décembre 2016 (4)
(2) Art. 266 du CWATUP, pour l’application de l’article 84 §1.11

(3) Une légende spécifique et officielle existe. Il convient de distinguer un arbres isolé (symbolisé par un point) d’un groupe d’arbres (symbolisé par un triangle) ainsi qu’un alignement d’arbres (symbolisé par un trait discontinu).
(4) A titre d’information, ARBORESCENCE reprend ci-après dans la rubrique ‘Lire la suite’ les articles 266 à 270 du CWATUP

Continuer la lecture de critères de reconnaissance

législation

Législation en matière de protection des Arbres Remarquables (infos non exhaustives et sous réserve de modification)

PERMIS D’URBANISME | Conformément à l’ Art. 84 § 1.11 du CWATUP , il est nécessaire d’obtenir préalablement auprès du Collège Communal, un permis d’urbanisme pour la modification de la silhouette ou l’abattage d’un arbre ou d’une haie remarquable. Cette volonté de protection a été renforcée par la circulaire ministérielle du 14/11/2008 qui fixe plusieurs recommandations pour la préservation de nos arbres et haies remarquables comme par exemple l’interdiction de bâtir à moins de 5m de l’aplomb de la couronne des arbres remarquables.

INFRACTIONS | En cas de populistes pénales, le Ministère Public peut exiger la peine visée à l’Art. 154° du CWATUP ainsi que la remise en état des lieux comme précisé à l’Art. 155 § 2 du CWATUP. Néanmoins, conformément à l’Art. 155 § 6 du CWATUP, lorsque les actes et travaux exécutés ou maintenus en infraction sont susceptibles de recevoir le permis d’urbanisme requis, le Gouvernement ou le fonctionnaire délégué peut proposer, de commun accord avec le collège communal, la transaction visée à l’Art. 449 16° et 17° du CWATUP au contrevenant.

DOMMAGES | En cas de dommages causés à un Arbre Remarquable, est établie une évaluation de la valeur d’agrément des arbres situés sur le domaine public en Wallonie (voir circulaire interne n° 2660 de la Wallonie, annexes 1 et 2). Par valeur d’agrément d’un arbre, on entend la valeur qui lui est attribuée conventionnellement tenant compte de ses fonctions esthétique, sociale, culturelle, biologique déterminantes par rapport à la seule fonction de production de bois, en référence au site occupé par lui. Par conséquent, la circulaire n° 2660, établie par la DNF – Direction des Espaces Verts en collaboration avec la Direction de l’intégration paysagère et du patrimoine du M.E.T., propose une méthode objective et appropriée permettant le calcul de l’indemnisation dont pourrait se prévaloir la Région Wallonne lorsque des dommages sont causés par des tiers aux arbres se trouvant sur le domaine public ou assimilé relevant de sa compétence.

Notre région plus verte que jamais ?

18-les-six-hc3aatres-c2a9-eric-de-sc3a9journet

12 septembre 2019

« Planter 4000 kilomètres de haies et/ou un million d’arbres », c’est une des actions très concrètes prévues dans la nouvelle Déclaration de politique régionale du Gouvernement wallon 2019-2024 (1).

La Wallonie veut devenir une région exemplaire en matière de lutte contre le réchauffement climatique et prévoit notamment « la création de plus de 1000 ha/an de nouvelles réserves naturelles ». En effet, restaurer la biodiversité demande une action complémentaire urgente (2). 

Le futur gouvernement wallon prendra également « une série de mesures visant à adapter le territoire aux effets des bouleversements climatiques, et en particulier les centres urbains et villageois (multiplication de la circulation des eaux de surface, végétalisation et plantation d’arbres, etc.), les forêts et les zones agricoles » (3). 

Quant aux Arbres Remarquables, rien de neuf à l’horizon, si ce n’est que le gouvernement wallon « s’engage à préserver le patrimoine naturel exceptionnel » (4). Le Code de Développement Territorial (CoDT) reste d’application. 

En ce qui concerne les ressources humaines mises en oeuvre, l’association citoyenne ARBORESCENCE a été informée du manque de personnel disponible et compétent à la cellule ‘arbres remarquables’ (Direction des Ressources forestières). Nous faisons part de notre inquiétude au futur ministre wallon en charge de l’environnement.

Eric de SÉJOURNET
Cofondateur d’ARBORESCENCE


(1) Déclaration de politique régionale du Gouvernement wallon 2019-2024, 9 septembre 2019
(2) Déclaration de politique régionale du Gouvernement wallon 2019-2024, La nature et la biodiversité (chapitre 16, p. 81), 9 septembre 2019
(3) Déclaration de politique régionale du Gouvernement wallon 2019-2024, Le développement du territoire (chapitre 14, p. 71), 9 septembre 2019
(4) Déclaration de politique régionale du Gouvernement wallon 2019-2024, La nature et la biodiversité (chapitre 16, p. 82), 9 septembre 2019
(5) Photo | Les Six Hêtres 2011 © Eric de Séjournet

Abattage des Saules du Grand Étang à La Hulpe

La Hulpe Grand Etang 20 octobre 2018 © Alain Janssen
La Hulpe Grand Etang 20 octobre 2018 © Alain Janssen

25 février 2019

La Hulpe n’échappe pas non plus à la frénésie de l’abattage d’arbres. Le 21 février 2019, Renaud Delfosse dénonça sur la page Facebook du Collectif des Papeteries : « Un massif boisé séparant le grand étang des nouveaux appartements de la rue François Dubois a été complètement rasé cette semaine sous ordre d’Atenor. Ce massif avait pourtant été déterminé comme devant être préservé pour des raisons de protection de quiétude de l’étang in illo tempore non suspecto lors d’un avis du Contrat de Rivière Argentine (auquel j’ai directement participé à l’époque) mais aussi pour favoriser le maillage vert permettant aux oiseaux migrateurs d’utiliser l’axe offert par la vallée, les oiseaux n’aimant pas survoler des zones dégagées ».

La réaction de la commune de La Hulpe ne s’est pas fait attendre. Nicolas Janssen, échevin de l’environnement réagit le 24 février sur sa page Facebook : « Pour information, concernant les arbres abattus du grand étang, l’éco-conseillère de la commune s’est rendue sur place vendredi à 14h, comme annoncé. Elle a pu constater que 12 saules ont été abattus. Elle a rappelé à Atenor, comme déjà fait à maintes reprises, que tout abattage à La Hulpe est soumis à une autorisation préalable du Collège communal ou de la Wallonie. La commune a initié une procédure en infraction. Le procès-verbal sera finalisé et communiqué au Collège dès demain.  D’après Atenor, ces arbres étaient « morts ou dépérissants » et présentaient une certaine dangerosité (pour rappel, un arbre est tombé en décembre 2018 sur la clôture voisine, d’autres semblaient morts et risquaient de tomber en cas d’intempérie). Pour autant, la Commune regrette cette politique du fait accompli et le non-respect des procédures. Nous nous engageons à traiter avec la plus grande fermeté cette manière d’agir. Nous exigerons que des replantations aient lieu. Le DNF en a déjà été averti. Et des réflexions sur le choix des espèces et la protection du lieu sont en cours ».

Eric de Séjournet
Cofondateur d’Arborescence

 

BRANCHES

L’association citoyenne ARBORESCENCE a pour vocation la découverte et la protection des Arbres Remarquables de Rixensart et s’est organisée autour de quatre branches.

recensement

 identifier prioritairement le patrimoine arboré remarquable

 tenir à jour (1) l’inventaire du patrimoine arboré de Rixensart, Genval et Rosières, principalement les ‘Arbres Remarquables’ reconnus en tant que tels par la Wallonie (2)

identifier les arbres exceptionnels en vue de leur proposition éventuelle au statut  d’Arbre Remarquable

adhésion

constituer un groupe de membres et en éditer la liste (3)

sensibiliser les adhérents à parrainer un ou plusieurs Arbres Remarquables et coacher les parrains/marraines dans leur mission d’observation, d’étude, de photographie et de lanceur d’alerte (4)

créer les conditions d’un partenariat durable ou agir en synergie avec les associations protectrices de la nature

✓ constituer un carnet d’adresses d’experts

communication

assurer la communication et toucher tout public, en particulier les passionnés de la nature et de la photographie, les amoureux de Rixensart, les responsables du monde politique, économique et associatif, le corps enseignant et les étudiants, les nouveaux résidents et visiteurs

créer sur la Toile une plate-forme mettant en valeur le patrimoine arboré, à savoir les Arbres Remarquables de Rixensart (5), et y éditer des notices illustrées (6) et didactiques

action

agir auprès des autorités responsables dans le domaine de l’environnement et de l’aménagement du territoire, et en assurer le suivi.


(1) Tous les Arbres Remarquables sur le territoire de Rixensart ont été officialisés le 13 août 1999, sauf un en 2003 et six en 2007
(2) MONITEUR BELGE du 22 février 2013
(3) L’adhérent à l’association citoyenne d’Arborescence s’intéresse au patrimoine arboré de Rixensart et souhaite rester informé. Il soutient et approuve les objectifs poursuivis par Arborescence et accepte que ses nom et prénom soient édités. Aucune cotisation n’est requise.
(4) alerte vers eric.de.sejournet@gmail.com, thierry.bennert@rixensart.be et arborencerixensart@gmail.com.
(5) Le site Internet de type ‘blog’ correspond parfaitement aux besoins éditoriaux et s’adapte à tous types d’écrans (ordinateur, tablette, portable).
(6) ARBORESCENCE réserve la propriété intellectuelle des photos publiées sur son site aux photographes participants et interdit toute reproduction des photos y publiées, sauf autorisation écrite de l’auteur. Celle-ci peut être demandée par courriel via l’association. Cette dernière décline toute responsabilité quant à l’usage frauduleux qui pourrait être fait de ces photographies.

RACINES

ceb5a-2013908128

Association citoyenne créée le 25 novembre 2017 à la Sainte-Catherine, à l’occasion de la Fête de l’Arbre.

cofondateurs

Eric de Séjournet
Thierry Bennert
Berna de Wilde d’Estmael

contact ⤷ arborescence.rixensart@gmail.com

adhérents

AMAND Alain
BAMPS Eric
BATAILLE Jean
BENNERT Alexia
BENNERT Françoise
BENNERT Géraldine
BENNERT Nicole
BENNERT Tanguy
BENNERT Thierry
BERDAL Robert
BERDAL-MASUY Françoise
BIOT Anne
BLAVIER Christine
BOCKEN Gérald
BOEHM Christiane
BOON FALLEUR Huguette
BORBOUX-PETERS Anne-Gaëlle
BOURSEAU Bernard
BRAHY Nicolas
BRION Martine
BROCHE Francis
BRUTSAERT Laurence
BUELENS Mia
BUNTINX Bernard
CAPOUILLEZ Céline
CLERBAUX-BINARD Edith
COENRAETS Michel
COLLARD Nicole
COONEN René
COUVREUR Marie-Françoise
COYETTE Alice
COYETTE Jean-Baptiste
D’HAEYERE Monique
d’OULTREMONT Alain
DAMAS Geneviève
DANHAIVE Bernard
DANIELS Marie-Paule
DEBOUCK Véronique
de BROUWER Colienne
de BROUWER Joseph
DEBROUX-THIRION Suzanne
de BURLET Raymond
de CALLATAŸ Anne
DE CONINCK Aurélien
DE CONINCK Christiane
DEDOBBELEER Annick
de FAILLY Diane
de FAILLY Nathalie
de FAVEREAU Stéphanie
DEFAWE Jean-Baptiste
DEFER Bernard
de FRANCE Elisabeth
DEGEMBE Jacques
DEGLUME Myriam
DELABYE Jean-Pierre
de la GRANDIÈRE Carmo
DELBOVIER Marie
DELHAZE Dominique
de LIEDEKERKE Sophie
DELVAUX Anne-Marie
DELVAUX Bruno
DEMAEGD Brigitte
de MARBAIX Paul †
de MENTEN de HORNE Yves
DE MEULEMEESTER Nicole
de MORTIER Françoise
de NEUVILLE Marc
de NIJS Nina
de NIJS Thierry
DERMIENS Raymond
DERU Chantal
DE RUYVER Marie-Anne
de SABRAN Roselyne
de SÉJOURNET Eric
de STRYCKER Jeanine
DESURMONT Benjamin
DETERVILLE Nadine
DE TROYER Catherine
de WALQUE Edith
de WILDE d’ESTMAEL Berna
de WILDE d’ESTMAEL Luc
DE WINDE Virginie
DE WOLF Jacques
de WOUTERS Bernadette
de WOUTERS Renaud
DIVE Claude
DOLORIS Willy
DOYEN-LHOEST Anne
DUBUISSON Etienne
DUBUISSON Jean-Christophe
DUJARDIN Paul
EDENGARDEN Phil
FALQUE Jean-Pierre
FERRANT Thérèse
FLAMENT Marianne
FOBE Ignace
FONTAINE Cécile
FOURRÉ Jean-Luc
FRANCART Christian
FRANCIS Lucienne
GERAETS Anne
GEHENOT Daniel
GHEYSEN Françoise
GILBERT Martine
GODEFROID Marie-Noëlle
GOEYENS Marie
GRÉGOIRE Marie-Laurence
GUELTON Pascal
HANSSENS Isabelle
HARDY Viviane
HARTENSTEIN Philippe
HAUTAIN NÉLIS Sophie
HEINEN Annie
HENRY Philippe
HERNOULD Marie-Béatrice
HERPIGNY Jean-Pierre
HEYVAERT Arnold
HINE Geneviève
HOEHNKE Alexander
HORTON Brigitte
HUC Christine
HUET Françoise
JACQUET Philippe
JANS Benoït
LAMBELLIN Anne
LANNOYE Christian
LANTIN Béatrice
LAUWERS Philippe
LEMAIRE Joseph
LEURQUIN Eric
LEVEAU José
LEVEAU-GRYMONPREZ Colette
LION Cécile
LIPPENS Sabyne
MacEWAN Helen
MAGUIRE CHARLAT Joanna
MANGEOT Jean-Claude
MARCHAL Bruno
MARION Mélanie
MATTAGNE Patricia
MOUVET Dominique
MUSCAT Catherine
MYLE Monik
NAUWELAERS Gilbert
NENSOR Martina
NILS Frédéric
PELEEHEID Pierre
PETIBERGHEIN Fabienne
PINSON Colette
RENIER Jean-Claude
PEROT Fanny
REYNTENS Jean
ROMAL Claude
RONDELET MINET Jeanine
ROUKENS Virginie
ROY Françoise
SANTE Véronique
SCHMITZ Olivier
SCHOUMACHER Nadine
SCHROEDER Ana
SCHROEDER Bernard
SCHWIND François
SIRTAINE Suzanne
STERCKX Philippe
STICHELMANS Tanguy
STOICAN Oana
TERZO Ges
THIRION Charles
THOMEE Christine
VANDENDAEL Patrick
VAN DEN EYNDE-CAYPHAS Sylvie
VANDENHAUTE Marc
VANDEPUTTE Jean-Claude
VANDERMEEREN Vincent
VAN DESSEL Dominique
VAN HEES Marc
VANROY Guy
VAN STEENBERGHE Bruno
VELASCO Lucia
VERSAEN Paul
VÉZINA Monic
VUYLSTEKE Joost
VUYLSTEKE-GODAERT Wivine
WAIRY Florence
WATTÉ Serge
WAUMAN Jean-Pierre
WAUTOT Michel
WEYEMBERGH Gisèle

partenariat

Les associations et institutions reprises ci-après ont créé avec ARBORESCENCE les conditions d’un partenariat durable afin de mieux protéger notre environnement.

✓ Foyer de l’Amitié  | http://www.foyerdelamitie.be

✓ Plumalia  | www.plumalia.eu

✓ Promotion Sociale Brabant Wallon www.promsocbw.be


FOYER DE L’AMITÉ

moins valides,foyer de l'amitié,social,logement


L’asbl FOYER DE L’AMITIE prend en charge l’hébergement d’adultes handicapés travailleurs et non travailleurs. Ce service résidentiel de nuit ou de transition vise une meilleure intégration de ces personnes.

les valeurs

Le projet du Foyer énonce depuis de nombreuses années la reconnaissance, la considération positive, le respect et l’écoute comme des valeurs prioritaires qui fondent son action. La motivation passe par la valorisation dans le travail et dans le comportement de chacun. La philosophie du projet tend à renforcer la personnalité des résidents en les soutenant dans leur réflexion, dans l’affirmation de soi, la détermination de leur projet.

Le Foyer de l’Amitié est agréé par l’AWIPH (Agence Wallonne pour l’Intégration des Personnes Handicapées). Le projet vous intéresse ? N’hésitez pas à prendre contact avec nous.

+ INFOS | Jean-Pierre FALQUE (directeur) – avenue Françoise 9 à 1330 Rixensart – tel 02 653 27 38 – fax 02 652 10 89 – foyerdelamitie@gmail.com – Internet > www.foyerdelamitie.be

6d8ff-4279211536-1

Source : Visages de Rixensart


PLUMALIA

Logo Plumalia 2014bLa première réserve naturelle, c’est votre jardin !

Sauvegarder, protéger et recréer un environnement favorable à l’accueil de l’oiseau, sont les objectifs poursuivis par la jeune asbl rixensartoise PLUMALIA depuis 2007.

Le rôle de Plumalia est avant tout d’aider et d’informer toute personne ou entreprise désireuse de faire un geste pour la nature, à modifier ses espaces afin de développer la biodiversité de son environnement.

ACTIONS

– le placement de nichoirs et mangeoires chez les particuliers ainsi qu’aux abords des entreprises
– le recensement des espèces
– la gestion et nettoyage des sites
– la fabrication de nichoirs difficiles à trouver dans le commerce
– l’implication dans le Plan Communal de la Nature (PCDN) de Rixensart.
– l’échange d’informations et d’observations avec d’autres organismes et asbl

INFORMATION

Plumalia informe et veut mieux faire connaître le monde des oiseaux et leur biotope

– en organisant, par exemple, des expositions de photos d’oiseaux observés dans le Brabant wallon,
– en créant un site Internet,
– en plaçant dans des salles d’attentes, bureaux, cantines, cafétérias des ‘cadres dynamiques’. Il s’agit de photos d’oiseaux sous cadre qui sont changées plusieurs fois au cours d’une année. Un rôle esthétique bien sûr, mais aussi didactique.

PROTECTION

Plumalia protège l’oiseau et l’étudie en l’observant et en le photographiant. Elle aide l’avifaune par le placement de nichoirs et participe également au baguage des oiseaux, organisé par l’Institut Royal des Sciences Naturelles de Belgique.


+ INFOS | Bruno MARCHAL (Président) – avenue de Merode 141 – 1330 Rixensart – 02 653 28 12 – 0475 710 456 – info@plumalia.eu – Internet > http://www.plumalia.eu

2016.06.23 Hirondelle de rivage G 12646

Hirondelles de rivage © Bruno Marchal

Source : Visages de Rixensart


PROMOTION SOCIALE BRABANT WALLON

Logo_IEPSCF VectoSaviez-vous qu’à Rixensart, l’Institut d’Enseignement de Promotion Sociale de la Communauté française (Fédération Wallonie Bruxelles) propose diverses formations, courtes et longues, de tous les niveaux, dispensées le jour et le soir ?

Situé dans l’Athénée Royal de Rixensart, rue Albert Croy, 3, l’I.E.P.S. RIXENSART organise les formations suivantes :

• BIEN-ÊTRE ET ÊTRE BIEN | aromathérapie, Feng shui, réflexologie plantaire, sophrologie, techniques de massage, gestion du stress

• LANGUES | anglais, espagnol, français pour non-francophones

• SECTION ANTIQUAIRE | Commerce et médiation de l’art et des antiquités

• ARTS PLASTIQUES/GRAPHIQUES | techniques sèches, techniques fluides, découverte des techniques d’expression en arts plastiques, expressions manuelles

• INFORMATIQUE | utilisation d’une tablette PC, Multimedia

• ART FLORAL

La formation répond aux exigences pédagogiques du Ministère de l’Education et de la Formation qui garantissent des programmes actualisés et des chargés de cours qualifiés (enseignants ou experts). Elle délivre des titres officiels. Les différents cours (unités d’enseignement) sont sanctionnés par une attestation de réussite. Les acquis peuvent être capitalisés. Cela signifie qu’ils peuvent éventuellement déboucher sur un examen final (épreuve intégrée) qui est sanctionné par un certificat.

L’enseignement de promotion sociale est un enseignement à part entière qui répond au souci légitime des citoyens adultes d’accroître leur savoir tout au long de leur vie (formation permanente). A ce titre, il constitue le complément indispensable à l’enseignement de plein exercice dont il est le prolongement avec ses deux objectifs majeurs : permettre l’épanouissement individuel (le savoir pour le savoir), et préserver ou renforcer la qualification professionnelle de tous ceux qui veulent ou doivent rester en phase avec l’évolution des sciences et des techniques pour conserver ou obtenir un emploi de qualité.

+ INFOS | Nadine DETERVILLE, directrice – rue Albert Croy, 3 (local 107 du bâtiment C2 de l’Athénée royal) à 1330 Rixensart – 02 654 00 30 – info@promsocbw.be

Découvrez également l’offre de formation des implantations de Court-Saint-Etienne et de Jodoigne sur le site Internet www.promsocbw.be.

f25f0-1019190003-2

Athenée Royal de Rixensart | décembre 2016 © Déborah Coppens

source : Visages de Rixensart