platane commun

Platane commun Fig. 344 from E. Gilg and K. Schumann, Das Pflanzenreich. Hausschatz des Wissens, ca. 1900 (1).jpg

E. Gilg and K. Schumann, Das Pflanzenreich.
Hausschatz des Wissens, ca. 1900

Le Platane commun (Platanus x acerifolia) est une espèce hybride entre le platane d’Occident (Amérique du Nord) et le platane d’Orient (ouest de l’Asie, sud est de l’Europe), à fertilité très faible (seule une infime partie des graines peuvent germer), apparu au cours du XVIIIème siècle en Europe.

Cette espèce est couramment utilisée comme arbre d’ornement et d’alignement le long des rues. Le terme ‘platane’ a été emprunté, via le latin, au nom grec de l’arbre, platanos, de platus, large, en référence à l’ampleur du houppier.

Sa durée de vie est estimée à un millier d’années maximum. Sa taille maximale connue est de 55 m (le Platane ‘Tête de méduse’ du château des Bruyères à Pont-Saint-Esprit, dans le Gard)(1).

Port : houppier large.

Son tronc est droit, pouvant atteindre un diamètre impressionnant avec l’âge. Son feuillage est caduc. Grandes feuilles (20 cm) alternes à 3 ou 7 lobes peu dentés. Les jeunes pousses sont couvertes de poils marron qui restent un certain temps sur les feuilles, se mêlant aux graines poilues qui se libèrent des fruits de l’année passée (en avril). Les feuilles sont grandes, coriaces, difficilement putrescibles. Les fleurs sont unisexuées, réunies en capitules sphériques pendant au bout d’un long pédoncule. Les fruits sont des petits akènes entourés d’un duvet qui facilite la dissémination par le vent. Ils sont groupés en boules ou glomérules qui persistent longtemps après la chute des feuilles.

Chaque année, les Platanes renouvellent leur écorce. Lors d’un été très chaud, cette mue s’accélère lors d’une sécheresse. En fait, les anciennes écorces sèches des platanes se détachent et tombent, explique Frédéric Ségur (2). On appelle cela la desquamation de l’écorce. Le phénomène est tout à fait normal, et répond à la nécessité pour l’arbre d’adapter progressivement son écorce à la croissance en circonférence du tronc (3).

Situé sur l’île grecque de Cos, l’Arbre d’Hippocrate (4) est un platane d’Orient sous lequel, selon la légende, Hippocrate aurait enseigné à ses élèves la médecine. Avec un tronc d’une circonférence d’environ 12 m, cet arbre est réputé être le plus grand platane d’Europe (5).

Fortes chaleurs : la pelade du Platane

Platane commun avenue du Lac 8.2018 © Myriam Deglume 0

La pelade du Platane de l’avenue du Lac à Genval
août 2018 © Myriam Deglume

Chaque année, les Platanes renouvellent leur écorce. Lors d’un été très chaud, cette mue s’accélère lors d’une sécheresse. C’est ce qu’a constaté la marraine du Platane, Arbre Remarquable situé avenue du Lac à Genval (site AR 1).

En fait, les anciennes écorces sèches des platanes se détachent et tombent, explique Frédéric Ségur (6). On appelle cela la desquamation de l’écorce. Le phénomène est tout à fait normal, et répond à la nécessité pour l’arbre d’adapter progressivement son écorce à la croissance en circonférence du tronc (7).

Platane commun avenue du Lac 8.2018 © Myriam Deglume 2

La pelade du Platane de l’avenue du Lac à Genval
août 2018 © Myriam Deglume

Voir également le reportage de Canal Zoom ‘Nos arbres en danger : depuis 1976 les sècheresses s’accentuent’ (rencontre avec Hugues Claessens, professeur en sylviculture et en écologie forestière à Gembloux Agro-Bio Tech). Diffusion le 8 août 2018 sur YouTube

SYMBOLIQUE | la régénération


(1) Tête de méduse
(2) Monsieur Arbres de la Ville de Lyon
(3) BALLET Nicolas, Pourquoi les platanes perdent autant d’écorces cet été ? in Le Progrès, 5 août 2015
(4) Arbre d’Hippocrate
(5) Notice didactique | Wikipedia
(6) Monsieur Arbres de la Ville de Lyon
(7) BALLET Nicolas, Pourquoi les platanes perdent autant d’écorces cet été ? in Le Progrès, 5 août 2015